Plongés dans les couleurs du tuf, dans l’odeur des cheminées à bois, dans un contexte magique et au charme à couper le souffle.

Pitigliano se situe dans un cadre territorial très riche en sites d’intérêt pour la nature, l’histoire et l’archéologie, et l’œnosgratronomie et il représente donc la base de départ idéale pour des balades et des excursions inoubliables à la découverte de paysages, de parfums, de saveurs et de traditions de la Maremme Toscane et pas seulement.

pitigliano

• Pitigliano


A le voir depuis l’église de la Madonna delle Grazie, consacrée comme ex-voto pour la peste de 1580 et avec le soleil vers le coucher de soleil, Pitigliano offre une impression inoubliable en terme de paysage. On y respire l’air de civilisations et de cultures changeantes dans la logique imprévisible des temps : celle préhistorique, celle étrusque, celle romaine, qui unifient les peuples dans un ordre commun ; celle médiévale des Aldobrandeschi, la plus grande dynastie d’Italie Centrale, seigneurs de la Maremme près d’un demi-millénaire ; celle de la Renaissance avec la grandeur de la famille romaine noble des Orsini, des Médicis et leurs héritiers, les Lorraine. La ville est dominée par le palais-forteresse des Orsini. A “Capisotto” se trouve l’église de San Rocco du XVIe siècle. Sur la place consacrée à Grégoire VII, la Cathédrale baroque. Dans le ghetto, la Synagogue juive.

• Les Etrusques en Toscane


Les origines étrusques de Pitigliano sont documentées par le blocs de tuf très réguliers incorporés dans le cercle médiéval et visibles dans la porte “Capisotto”. De nombreuses nécropoles s’étendent tout autour de la démarcation en tuf de la ville actuelle et leur matériau est typique des centres de la zone étrusque. Tout comme à Sorano et Sovana, à Pitigliano aussi, il y a de nombreuses découpes étrusques spectaculaires, des voies de communication creusées dans le tuf, lequel constitue l’élément géologique dominant de ces territoires de l’Etrurie interne du Sud. En 1995 a été inauguré à Pitigliano un Musée Archéologique qui conserve un millier d’objets provenant principalement de la nécropole toute proche de Poggio Buco.

etruschi

necropoli

• Nécropole de Poggio Buco


Poggio Buco se trouve à environ 8 kilomètres de Manciano, non loin de la RN de la Maremme qui conduit à Pitigliano. Ici s’est assurément trouvée une ville étrusque importante, peut-être la Statonia dont parle Pline : en effet, on a retrouvé de nombreux “glands-missiles” (projectiles en plomb qui étaient lancés avec la fronde) avec l’inscription “statnes” qui pourrait justement être l’équivalent étrusque du latin Statonia. Les nécropoles sont très étendues et documentent une présence étrusque déjà à l’époque villanovienne avec une période de plus grand épanouissement entre le VIIe et le VIe siècle.

• Thermes de Saturnia


Les Thermes de Saturnia sont célèbres à travers le monde pour la prodigieuse source thermale. Il s’agit d’eau sulfureuse – carbonique – sulfate – bicarbonate – alcalin – terreuse qui jaillit du sous-sol au rythme de 800 litres par seconde à une température constante de 37°. Grâce à sa composition particulière et à sa température naturelle, l’eau de Saturnia a des propriétés salutaires et stimulantes, efficaces pour la peau, l’appareil respiratoire et les muscles et le squelette. On peut aussi s’y baigner dans les célèbres Cascades du Moulin, de petites cascades calcaires formées par la source naturelle qui se trouvent au milieu de la campagne de la Maremme, à quelques kilomètres du centre de Saturnia.

termesaturnia

scansano

• Scansano


Scansano est un bourg antique aux origines médiévales qui se situe sur une zone collinaire, depuis laquelle on domine les zones des alentours. En plus des constructions d’intérêt architectonique, Scansano a assurément l’avantage d’être la zone de production d’un vin qui, d’année en année, s’est fait une place d’honneur et une mention particulière dans le paysage des vins toscans renommés : le Morellino di Scansano. Scansano, grâce aux nombreuses caves et restaurants, propose donc une visite particulièrement adaptée pour les passionnés d’œnogastronomie.

• Sorano


Le terroitoire de Sorano est très riche en traces du passé, depuis les cavernes préhistoriques jusqu’aux habitats et monuments d’époque médiévale et de la Renaissance, en passant par les nécropoles étrusques. Voilà la présence encore prépondérante du passé qui caractérise la zone et fascine le visiteur. Un peu partout à l’intérieur et autour de Sorano se trouvent des grottes artificielles utilisées depuis l’antiquité comme habitations ou pour y conserver les urnes funéraires (les célèbres “colombari”). Le tuf ici a été façonné, depuis les “vie cave” étrusques jusqu’aux caves que chaque viticulteur se creuse à coups de pioche pour pouvoir conserver le vin (on arrive souvent à des “gorges” profondes de 50 mètres !), les très nombreux ornements et armoiries des portes et aux détails architectoniques qui se situent dans les lieux les plus surprenants, les œuvres les plus importantes comme les imposantes forteresses de Sorano et Pitigliano, ou des montagnes entières équarries comme s’il s’agissait de châteaux de sable (le Masso Leopoldino autour duquel s’accroche le bourg de Sorano).

sorano

sovana

• Sovana


Implantation primitive d’agriculteurs et bergers sur les rives de la rivière antique Armine (appelée aujourd’hui Fiora), elle devient ensuite une ville étrusque florissante au VII siècle av. J.-C. avec le nom de Suana. Conquise par les Romains au IIIe siècle av. J.-C., même si les habitants conservèrent culture, art, langue et écriture de la civilisation étrusque. A partir du IXe siècle, elle fut le berceau de la famille des Aldobrandeschi et patrie du papa Grégoire VII, mais elle a atteint le sommet de sa splendeur vers le XIIIe siècles avec les comtes Umberto et Guglielmo, période où furent construits les importants bâtiments de la place principale. Avec la mort de la comtesse Margherita, la dynastie des Aldobrandeschi s’est éteinte et, pendant un siècle, ce furent les comtes Orsini qui dominèrent le territoire, jusqu’en 1411 quand la ville fut conquise et pillée par les Siennois. Sovana s’est relevée au cours de ces dernières décennies grâce à la découverte d’une importante Nécropole Etrusque et elle est aujourd’hui un village caractéristique d’une centaine d’habitants, destination d’érudits et de touristes.